Biodiversité

 Capture de la cigogne noire (Bonnie) © B-C. Chapalain

« Des forêts impénétrables, refuge des grands mammifères et d’une avifaune abondante, des tourbières et landes tourbeuses, abritant une flore exceptionnelle, des pelouses sèches et escarpements rocheux, accueillant de nombreux oiseaux nicheurs au bocage, lieu de vie de nombreuses espèces, le PNR des Ardennes possède des habitats et des espèces faunistiques et floristiques remarquables, parfois uniques en Région Grand Est. »

 

Les Missions – Faire apprécier la richesse des milieux naturels et fonder une politique de préservation des richesses naturelles

  • Mettre en place une veille écologique de certaines espèces,
  • Organiser le partage de données naturalistes,
  • Impliquer les collectivités dans la gestion de la biodiversité,
  • Assurer des corridors écologiques verts et bleus,
  • Garantir l’animation des sites Natura 2000 à l’échelle du Parc.

Les Actions Phares

Grâce à de nombreuses conventions de partenariat et à des actions de veille écologique (telle que le suivi du Flambé, du Triton-crêté ou de l’Orchis des sphaignes), le PNR des Ardennes constitue progressivement un observatoire de la biodiversité

Depuis fin 2019, le PNR des Ardennes est co-gestionnaire de la réserve naturelle régionale de la côte de Bois-en-Val avec la ville de Charleville-Mézières. A ce titre il doit élaborer le nouveau plan de gestion, réaliser des observations régulières de la faune, de la flore et du patrimoine géologique, mettre en place des actions de communication, de sensibilisation, d’accueil du public et d’éducation.

Avec l’appui financier des Agences de l’Eau, il répertorie également les zones humides du territoire, qui sont des milieux importants pour la gestion de l’eau et pour la biodiversité > Améliorer la connaissance des zones humides.

Toutes ces données lui permettent :

  • de mettre à la disposition des collectivités un > pré-diagnostic écologique relatif aux enjeux de continuité de la Trame Verte et Bleue,
  • d’objectiver et d’argumenter ses avis, en cas de sollicitations pour des aménagements ou des événements pouvant avoir un impact sur l’environnement,
  • de suggérer ou de développer des opérations en adéquation avec les besoins locaux > Conseil en gestion écologique. Concernant les zones humides, un programme d’actions concerté sera mis en place, afin de favoriser leur conservation, restauration et valorisation.

Avec des financements européen et étatique, le PNR des Ardennes assure également l’animation des 7 sites Natura 2000 de son territoire (> Carte des sites Natura 2000), où se concentrent une faune et/ou une flore particulièrement rares (> guide des espèces Natura 2000).

Ce dispositif  permet alors de les préserver, notamment en finançant certains travaux par contractualisation avec les propriétaires et gestionnaires volontaires. Tout propriétaire privé ou public peut donc bénéficier de > Contrats Natura 2000. S’ils répondent bien aux critères définis localement dans le > Document d’Objectifs de chaque site Natura 2000, une subvention à hauteur de 80 à 100 % leur est accordée, en contrepartie de leurs engagements.

Agissez !


L’ADEME, le PNR des Ardennes et RTE transforment des couloirs de lignes électriques à Haute Tension en sites de biodiversité

En 2017, le projet « Pour une infrastructure énergétique, écologique et sûre en Ardenne » (PIEESA) a été lauréat de l’appel à projet lancé par l’Etat dans le cadre du Programme d’Investissement d’Avenir.

Le Parc naturel régional (PNR) des Ardennes, financé par Réseau de Transport d’Electricité (RTE) et l’ADEME*, coordonne ce projet  depuis 2018.

Conventionnés depuis 2011, le PNR des Ardennes et RTE poursuivent leurs actions en unissant à nouveau leurs compétences pour 3 ans, de 2018 à 2020, en faveur de la biodiversité. Ce projet présente un double enjeu : garantir la sécurité des personnes et des biens sous les lignes électriques, en privilégiant une gestion alternative de la végétation dans ces espaces naturels pour les transformer en de véritables corridors écologiques.

Le projet PIEESA vise la transformation de cent hectares de couloirs forestiers en corridors verts grâce à un entretien pérenne suivant 6 grands axes :

  • créer et restaurer des lisières arbustives,
  • créer des vergers conservatoires et/ou de vergers de fruitiers sauvages,
  • restaurer les habitats naturels,
  • créer un réseau de mares,
  • favoriser la gestion par pâturage ou fauche,
  • créer des prairies fleuries et lutter contre les espèces végétales invasives.

Suite à une priorisation des sites en 2018, une concertation est engagée avec les acteurs locaux (propriétaires, gestionnaires, associations locales…) afin de définir les aménagements à réaliser en fonction caractéristiques écologiques des sites, mais aussi des attentes de chacun.Les premiers travaux ont démarré en 2019 en forêt communale de Sécheval et en forêt syndicale de Renwez. Une deuxième tranche est programmée en 2020 en forêts communales d’Hargnies et de Bogny-sur-Meuse, puis en forêt domaniale de la Havetière.

Les bénéfices de ce projet sont multiples en termes environnemental, économique et social. Il permet en effet une meilleure insertion paysagère du réseau électrique et la réalisation de corridors écologiques très favorables à la faune et au gibier.

Dans le cadre du Programme d’Investissement d’Avenir, l’Etat et l’ADEME soutiennent ce projet à hauteur de 60%. RTE, en tant que gestionnaire des ouvrages électriques concernés, participe au financement à 40%.

* Agence de Maitrise de l’Energie

 

Partager cette page :